Nous savons tous que les mots que nous utilisons ont un impact sur notre compréhension et notre représentation. Le domaine des maladies cognitives ne fait pas exception à la règle.

Les recherches du Docteur Alzheimer datant de 1906 et ayant été retrouvées seulement dans les années 1950, la recherche dans ce domaine avait pris un retard considérable.

Parallèlement, c’est dans les années 1950 que furent développés de nouveaux traitements et de nouvelles approches dans le domaine de la santé mentale. Les premières tentatives pour nommer et documenter les maladies mentales et les troubles psychiatriques eurent lieu à ce moment (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) (DSM).

La branche gérontologique de la psychiatrie s’est développée un peu plus tard avec le vieillissement de la population et l’institutionnalisation (qui débuta dans les années 1970) des personnes aînées présentant des troubles cognitifs.

Les termes cliniques, populaires ou courants encore utilisés de nos jours pour décrire les maladies cognitives sont lourds de sens et dépouillent la personne de son unicité et de sa dignité. Par exemple, le terme médical
« démence » (dementia en anglais) est le terme défini dans le DSM-IV TR pour désigner l’ensemble des maladies cognitives. Dans la littérature française, ce mot signifie également : folie, relié au démon, aliéné, violent, déraisonnable…les maladies cognitives n’ont donc rien à voir avec ces termes/mots…

En employant des mots et des termes plus appropriés, nous évitons de catégoriser et d’identifier la personne seulement en fonction de sa maladie ou de ses symptômes. Nous nous efforçons de respecter sa dignité en la considérant dans sa globalité.

La manière dont nous traitons les gens qui nous entourent dépend de la manière dont nous les regardons. Notre langage est le véhicule de nos sentiments à leur égard.

En voici quelques exemples :

Langage clinique/populaire/courant
———————————————————–
Démence, Dément(e)
Être « Alzheimer »
Patient
Malade
Sénile
———————————————————–
Errance/Marcher sans but/fugue






———————————————————–
Gardiennage/faire garder
———————————————————–
Couches/culotte d’incontinence
———————————————————–
Agitation/agitation vespérale

———————————————————–
Agressivité / troubles du comportement





———————————————————–
Maladie dégénérative
Retourner en enfance




———————————————————–

Langage centré sur la personne
———————————————————–
Maladie cognitive
Personne vivant avec une maladie cognitive, vivant avec la maladie d’Alzheimer.
Atteintes cognitives
Maladie de la mémoire
———————————————————–
Marche
Besoin physiologique de bouger, de se dégourdir les jambes, de marcher.
Chercher quelqu’un, quelque chose ou chercher un endroit.
Vouloir retourner chez soi, dans sa maison, dans son foyer d’origine, retrouver les siens.
———————————————————–
Répit/accompagnement
———————————————————–
Protections
———————————————————–
Avoir un malaise
Besoin non répondu
———————————————————–
Nuance par rapport à un moyen de communication exprimant humeurs, émotions, réactions à l’environnement, à une situation ou à un événement.
Comportements déroutants pour les accompagnants.
———————————————————–
Maladie évolutive, progressive
Rétrogénèse
La personne n’est pas un enfant, mais bien un adulte avec son expérience.
———————————————————–